Pêle-Mêle

Notre association soutenue par Patrick Bruel

Soutien Patrick Bruel Visionner l'extrait du concert :


Notre association invitée dans l'émission "Les Maternelles" du vendredi 16 mars sur France 5 ;

Un reportage également réalisé sur nos accompagnements.


Consulter le schéma des activités d'Enjeux d'Enfants



Comment soutenir les actions d’Enjeux d’Enfants ?

Notre budget provient pour l’essentiel de fonds publics (Ministère de la Justice, Ministère des Affaires Sociales, les Collectivités Territoriales, les Caisses d’Allocations Familiales.), que nous voulons diversifier :

Aussi sollicitons-nous votre soutien dans le cadre de la réglementation fiscale ouvrant droit à réduction d’impôts.

Pour les particuliers : une réduction d’impôt de 66% du don dans la limite de 20% du revenu imposable.

Pour les entreprises : une réduction de l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés égale à 60% du don dans la limite de 5/1000 du chiffre d’affaires.

Enjeux d’Enfants est une association loi 1901, déclarée en Préfecture depuis le 11 juin 1992.

Un formulaire fiscal, ouvrant droit à réduction d’impôts vous sera adressé à réception de votre don.

L’association Enjeux d’Enfants accompagne en moyenne, par an :
- 130 parents,
- 80 enfants.

L’accompagnement d’une famille, des premiers entretiens d’évaluation à l’accompagnement en parloir, est d’environ 1200 euros annuels pour un suivi en Ille et Vilaine et de 3000 euros pour un suivi hors département.

« Depuis mon implication dans la justice il y a maintenant 10 ans, j’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour les associations, qui font un travail formidable d’une façon complètement désintéressée, la plupart de bénévoles, et avec des moyens extrêmement limités.
J’insisterais sur le mécénat privé qui devrait se développer de plus en plus. Il y a trop de jeunes en difficulté dont les seuls « crimes » sont d’être nés du mauvais côté de la barrière. Cette inégalité devrait être compensée par l’ensemble des citoyens, comme cela se fait dans d’autres pays du monde.
Lorsque j’ai rencontré les responsables d’« Enjeux d’Enfants », j’ai tout de suite compris l’importance de cette association. Un enfant se trouvant dans une situation qu’il n’a pas cherchée, nul ne peut savoir sa réaction. Elle peut avoir des conséquences catastrophiques pour son avenir. Tous les psychiatres vous le confirmeront. Aussi, combattre un futur traumatisme, parfois irréversible, est une action à laquelle tout le monde devrait souscrire.
J’ai fait lire votre brochure à quelques amis (« Dis papa, pourquoi tu prisonnes ? »). Certains ont eu les larmes aux yeux quand ils ont lu les paroles de la petite Alexine qui, de plus, s’exprimait magnifiquement : « Les murs de la prison sont des larmes qui n’arrêtent jamais de couler et on ne peut pas passer à travers ce rideau ».
Il est certain que ces témoignages plus émouvants les uns que les autres interloquent !
Je me mets aussi à la place des parents incarcérés, dont quelques uns doivent vivre un calvaire lorsqu’ils réalisent la détresse dans laquelle ils ont mis leur famille.
« Enjeux d’enfants » doit jongler avec de nombreux paramètres selon la cause du délit ou parfois du crime : malades mentaux, toxicomanes, individus sans foi ni loi, car j’ai lu dans votre rapport que quelques enfants étaient retirés de l’autorité parentale, et puis ceux qui sont rongés par le remord et qui supportent très mal cette séparation. Cette dernière catégorie est spécialement intéressante car l’enfant peut avoir un effet bénéfique pour éviter la récidive. Il n’empêche que toutes ces situations doivent être gérées par les membres de l’association, ce qui ne rend pas leur tâche facile.
Je n’ai que plus d’admiration pour le travail d’« Enjeux d’Enfants » dont l’action ne peut être que bénéfique, non seulement sur l’enfant mais aussi pour la personne incarcérée. C’est pourquoi je suis prêt à soutenir cette merveilleuse association avec tous les moyens dont je dispose. Ma reconnaissance va bien sûr à son président, à ses collaborateurs et à Marine Boudier avec laquelle j’entretiens des relations suivies. »

Philippe Zoummeroff.


« Le Notariat français est une profession par essence humaniste au carrefour des bons et des mauvais moments de la vie...
Notre institution sera toujours attentive et passionnée par les actions proches et dans l'intérêt de l'enfance...
Qu'y a-t-il de plus précieux que le bien-être des enfants. Ils constituent le véritable avenir de notre nation, ensemble nous voulons les protéger et les aider...
Votre association permet à ces enfants de mieux comprendre les contraintes et les lois d’une société moderne. »

La Chambre des Notaires.


> Pour nous contacter, rendez-vous sur le formulaire de contact ou par téléphone au 02.99.65.19.19
Merci de nous indiquer si vous souhaitez recevoir davantage de documentation sur l'association.